Pigeon, ce mal aimé


En effet, je trouve que bien souvent le pigeon est mal jugé !

Tout d'abord, savez-vous que la colombe fait partie de la même famille que ce mal aimé ? Ce magnifique oiseau d'une blancheur qui symbolise la paix et la douceur, tout comme le pigeon, fait partie de la famille des columbidés. Voilà pourquoi on appelle les personnes qui les élèvent des colombophiles.
Dans les villes, les gens les regardent de travers alors que s'ils sont si présent dans les villes, c'est majoritairement par la faute de l'Homme.

Wikipédia dit :
« Leurs populations sont issues principalement sinon exclusivement d'animaux d'élevage ayant échappé au contrôle de l'homme (phénomène de marronnage). Ceci est mis en évidence par leurs phénotypes variés qui reflètent fréquemment des caractères sélectionnés chez certaines races domestiques (coloris blanc, roux, pigeon cravaté…). Certains sujets montrent cependant un phénotype tout à fait sauvage. »
Mais aujourd'hui, rien que son nom est devenu une insulte, relevant un sérieux manque de jugeote chez la personne visée, alors qu'il a été prouvé que ces volatiles sont loin d'être aussi stupides qu'on ne le pense. Mais j'y reviendrai.
Le pigeon, dont la couleur, dit-on, rappelle la tristesse des bâtisses des villes (alors que leur col est bien souvent magnifiquement tinté de vert et de violet), est généralement considéré comme un nuisible, un animal sale et stupide, qui repend des maladies... Hors, c'est totalement faux !


Je vous cite un passage d'une étude (page 6) faite par l'association Nos Amis Les Oiseaux (NALO) :
« La population a peur des pigeons car on n'arrête pas de lui dire que ces animaux sont dangereux et transmettent des maladies. Ce qui est non démontré scientifiquement et même faux puisque les colombophiles en contact permanent avec ces oiseaux ne sont pas contaminés. En fait les spécialistes le savent : c'est vraiment un oiseau sans danger. Le pigeon de ville (biset) est une espèce peu dangereuse pour l'homme car les bactéries, virus, parasites et champignons qu'il peut héberger sont très spécifiques à son espèce et non transmissibles à l'humain. Ce n'est pas une invention, les meilleurs vétérinaires le déclarent et c'est prouvé empiriquement sur le terrain par une expérience millénaire de cohabitation de l'homme avec les pigeons biset (pigeons voyageurs au moyen orient entre autres). »
Et voici un autre extrait d'un document (page 2) rédigé par cette même association résumant la situation actuelle du pigeon dans les villes :
« L'échec des méthodes traditionnelles basées sur les mises à mort et les politiques de répression du nourrissage est patent partout en Europe où elles ont été appliquées. Le nombre de pigeons dans une aire donnée dépend de la quantité de nourriture disponible et de l'abondance des sites de nidification. Les pouvoirs publics, mal conseillés, se concentrent sur la nourriture au lieu de faire l'inverse : s'attaquer aux sites de reproduction. En centre-ville on suppose que la population qui donne à manger aux oiseaux (pigeons, moineaux, etc) est responsable de la surpopulation des pigeons. Et la suite coule de source, empêchons les gens de donner à manger aux oiseaux. Mais l'habitant est indiscipliné, c'est bien connu, il refuse d'obéir aux injonctions du pouvoir. Pour convaincre monsieur tout le monde on a eu l'idée de faire peur. Les pigeons transmettent des maladies. Voilà le nouveau slogan martelé depuis plus de 30 ans par voie de presse et journal municipal. Et depuis la crise de la grippe aviaire il faut maintenant se méfier de tous les oiseaux, eux aussi dangereux... »

Vous trouverez beaucoup d'articles sur le site de l'association NALO attestant que les pigeons ne sont d'aucun danger pour les hommes.

Des écrits prouvent que les pigeons ont été domestiqués très tôt dans l'histoire de l'Homme, déjà plusieurs siècles avec J.-C., on parle même de Préhistoire sur certaines sources...
Le pigeon, incarnation de la bêtise selon l'être humain, était pourtant indispensable pour envoyer des messages à de longues distances, messagers très utilisés jusqu'à la fin de la Première Guerre mondiale, beaucoup moins pendant la Seconde Guerre. Cependant, un pigeon a un sens de l'orientation incroyable pour retourner à son pigeonnier mais ne peut - ou ne veut - pas forcément apprendre plusieurs destinations.

Il existe de très nombreuses espèces de pigeons, des centaines, si ce n'est même des milliers de variantes, certaines "améliorées" par l'Homme, puisqu'il aime mettre son nez un peu partout.
Il y a même des concours de beauté pour pigeons. Pour en voir plus, je vous propose de simplement faire une recherche Google avec les termes "pigeon de concours" ou d'aller voir sur le site de la NPA (National Pigeon Association)


Mais pour en revenir à l'intelligence des pigeons...
Je sens des sceptiques parmi vous.


Pourtant, il a été prouvé qu'un pigeon peut résoudre des problèmes de logiques et de math aussi complexes que ceux résolus par des primates.
Nous savons aujourd'hui que les pigeons sont capables de se reconnaître dans un miroir (très peu d'animaux en sont capables) ou même dans une vidéo, que leur intelligence équivaut approximativement à celle d'un enfant de trois ans, qu'il a un bon sens de l'orientation. On sait également que le pigeon peut utiliser un écran tactile, de façon à en retirer un avantage ! Il sait trouver la solution à es problèmes relativement complexe !

Cliquez sur l'image pour voir l'expérience complète

Le principe du test est simple : basé sur un ancien système à ficelles au bout desquelles se trouvait de la nourriture, le principe a été informatisé et, via un écran tactile, l'oiseau peut réaliser le test. Pour ce test, le pigeon doit taper à l'aide de son bec sur la case qui permet à la ligne (ficelle) verte de raccourcir et ainsi faire approcher l'icône qui représente de la nourriture. Ceci lui permettant alors de gagner une vraie récompense lorsque c'était juste. Et les oiseaux ont fait d'excellents résultats, choisissant généralement la bonne ficelle et affichant un taux de réussite entre 74% et 90% en fonction de la difficulté de la configuration.

De nombreuses autres expériences ont été mises en place pour évaluer le niveau d'intelligence de ces volatiles, que ce soit celle de la boîte ou du Ping Pong, ils savent même reconnaître les tissus cancéreux ou bénins sur des images de mammographies et j'en passe... !

Une autre expérience a démontré la capacité des pigeons à catégoriser (parfois même mieux que les humains). Le but de l'expérience était d'apprendre aux oiseaux à trier des "taches" en fonction de leur forme et de leur couleur. Mais pas seulement.
À la fin du test, ils étaient également capables de savoir que "un" était plus petit que "deux" et "deux" plus petit que "trois" etc. et aussi que "un" était plus petit que "cinq" que "six" était plus grand que "trois"... Et ainsi de suite ! Bien qu'ils ne soient pas capables de compter à proprement parler, mais ils savent apprécier différentes petites quantités (moins de 10).
Tout ceci a été réalisé suite à un apprentissage, mais avant de condamner trop vite les pigeons de la rue (qui n'ont pas eu la "chance" d'avoir droit à une formation particulière), sachez qu'un chien de sauvetage ne saura pas non plus sauver qui que ce soit sans un minimum de formation. Et c'est bien pareil pour la "simple" marche au pied ou le "assis"...


Il y a énormément de choses à apprendre sur ces oiseaux, comme par exemple que mâle et femelle allaitent leurs petits (oui oui, vous avez bien lu : allaitent). Alors s'il vous prenait l'envie de les apprécier un peu plus qu'avant, je vous invite à aller voir ce lien qui vous expliquera comment venir en aide aux pigeons en danger.

...

Et vous ?
Que pensez-vous de ces oiseaux ?
Êtes-vous plutôt du genre à les aimer, les éviter (comme la peste), les ignorer ?