Quelles sont mes limites en minimalisme ?


Pour certains, le minimalisme c'est vivre dans une pièce vide, et encore, si pièce il y a. Pour d'autres, c'est se libérer du superflu, ne garder que l'essentiel. Et il y a ceux pour qui le minimalisme c'est se détacher du matériel tout en s'entourant uniquement de ce qu'on aime, ce qui nous fait plaisir.

Mais où commence et ou s'arrête le minimalisme ?

Il existe deux façon d'appréhender le minimalisme.
  • Il a le courant artistique de décoration contemporaine ("apparu au début des années 1960 aux États-Unis" pour citer Wikipédia).
  • Et il y a le minimalisme en tant que philosophie de vie. Personnellement, c'est ainsi que j'aime suivre "le mouvement" minimalisme.

On dit souvent que le minimalisme nous vient du Japon mais en réalité, le minimalisme en terme de façon de vivre, existait déjà bien avant que les japonais nous en parlent, chez les moines chrétiens à l'époque de l'Antiquité. Mais loin de moi l'envie de vous faire un cours d'histoire. Je ne cite cette référence que pour signaler le fait que le minimalisme existe depuis bien longtemps, bien avant la tendance des années 1990, bien avant le mouvement japonais des années 1970, bien avant tout ça.

Le minimalisme est une idée selon laquelle on peut vivre avec uniquement l'essentiel. En se séparant également ce qui nous fait plaisir, en ne gardant que ce qui nous est utile et indispensable au quotidien.

De quoi avons nous réellement besoin ? Le plaisir ne fait-il pas partie de nos besoins de base ? Mais alors est-ce être minimaliste que de s'entourer d'énormément de choses parce que ça nous fait plaisir et que le plaisir est un besoin ? A-t-on réellement besoin d'un canapé ? Peut-on se passer des photos de familles, de nos proches et des gens qu'on aime ? Une plante est-elle utile ou décorative ? Et tous les ustensiles et robots ménagers qui nous simplifient la vie, sont-ils utiles ou ne sont-ils là que pour notre confort ? Le confort et le gain de temps font-ils partie des choses essentielles d'une vie ou est-ce du luxe que de se l'autoriser ?

Évidemment, perdre la notion de plaisir et de confort déplait à beaucoup, voilà pourquoi cette forme de minimalisme moderne, si je peux dire, tolérant quelques babioles décoratives et pratiques plus qu'essentielles plait particulièrement. Mais évidemment, on s'éloigne du minimalisme, tel qu'il était vécu à la base.

Comme on le dit souvent, chacun à sa propre vision du minimalisme.

Je vais donc vous partager ma vision et mes limites.

Le confort sans perdre de savoir faire
Je pense qu'il est essentiel de s'autoriser le confort et l'aisance sans pour autant y perdre le savoir faire et la valeur des choses. Je m'autorise du confort dans les tâches qui me prennent du temps de façon quotidienne ou hebdomadaire, comme le ménage, la lessive, la cuisine, etc. Voilà pourquoi je garde mon lave-linge et mon sèche-linge (le summum du confort pour moi). En revanche, je me passe de lave-vaisselle, d'aspirateur, de nettoyeur vapeur et autres du genre.
Pour le reste, je considère que c'est de l'ordre de l'occasionnel et que, de ce fait, je peux prendre le temps de faire les choses moi-même.

Prendre le temps sans se compliquer
Je sais aussi me passer de machine à café, de machine à thé et toutes ces machines qui réalisent des choses simples qui ne demandent, en fin de compte, pas tant de temps que ça à faire. D'autant que lorsqu'on décide de se faire un thé, on devrait avoir le temps autant de le préparer que de le boire alors pourquoi vouloir aller à toute vitesse ?
Il y a évidemment des machines qui aident bien, comme ces robots qui aident à monter les œufs en neige ou à mélanger la mayonnaise. En ce qui me concerne, je n'ai pas suffisamment d'huile de coude pour assurer le rythme sur la durée et je rate généralement mes mélanges (ceci dit, je n'ai malgré tout pas de robot pour m'aider).

Rendre sa liberté au "moi fantasme"
J'ai décidé de ne plus garder les choses qui ne font que nourrir un fantasme qui ne se réalisera jamais. Vous savez, tous les...
"Je garde tous mes vieux t-shirts, ça peut toujours servir, j'ai vu plein de tutoriels DIY sur Internet pour faire des sacs sympa."
"Je garde ma yaourtière parce que j'ai toujours rêvé de faire mes yaourts moi-même, faut juste que je trouve le temps de voir comment ça fonctionne."
"Ce n'est pas parce que je ne veux pas que je n'utilise pas ma peinture, j'ai juste trop peur de rater et gaspiller mon matériel."
"Si un jour on a un balcon, ce serait quand même sympa de pouvoir y mettre cette jolie guirlande, en attendant, on la garde."
Maintenant, je ne me penche plus sur ce qui n'est pas un projet concret. Si j'ai un projet, je vais chercher de quoi le réaliser, et je m'y mets tout de suite, mais je ne collectionne plus les "on sait jamais, ça peut servir".
Je suis nulle en cuisine, alors fini les livres de cuisine (en dehors de quelques basiques) ! je suis nulle en couture, alors fini les réserves de tissus (en cas de besoin, je vais chercher ce dont j'ai besoin) ! etc.

L'inutile utilisé au quotidien
Il y a aussi ces objets que l'ont garde parce qu'on les adore, ils sont inutiles en soi, pourtant, ils sont régulièrement utilisés. Je parle notamment des livres, des CDs, des DVDs, des instruments de musiques, etc.
J'ai évidemment éliminer beaucoup dans chaque catégorie, ne gardant que ceux que j'ai plaisir à livre, écouter, voir, jouer, etc. et maintenant, je peux passer des heures devant ma bibliothèques à feuilleter certains livres déjà lu ou pas encore, je n'hésite plus sur le choix du film à regarder quand on décide de se faire une soirée ciné à domicile, tout comme peu importe quel disque je prends, je sais que j'en apprécierai la musique...

Une décoration qu'on ne perd pas de vue
Au niveau de la décoration, je pense qu'il faut que les choses soient mises en valeur, c'est à dire qu'elles ne finissent pas par disparaître, que ce soit sous un amoncèlement d'affaires oubliées ou simplement qu'elles disparaissent dans le décors, devenant invisibles car inintéressantes. Ces tableaux, bibelots et autres qu'on ne remarque plus tellement on s'y est habitué sont la preuve que leur valeur est éphémère, que le rêve qu'ils nous apportaient a disparu.

Au-delà de la sphère matérielle
Le minimalisme ne s'arrête pas, pour moi, au matériel. Je pense que pour suivre cette philosophie, il faut également savoir se délester de tout ce qui pèse sur le moral, tout ce qu'on s'oblige à faire sans le vouloir, ces gens à qui on ne se permet pas de dire non, ou même avec qui on n'ose pas trop couper les ponts alors que ce serait une bonne solution pour ne plus souffrir de certaines relations néfastes, etc. Et bien évidemment, une bonne dose de "digital detox" fait aussi le plus grand bien !

Mes limites
Je ne pense pas réussir à me contenter du minimum essentiel. J'aime le confort et le cocooning, j'aime également m'entourer de livres et ne souhaite pas me débarrasser ce qui me fait plaisir au quotidien. Lorsque j'achète des élastiques pour m'attacher les cheveux, je n'en jette pas 5 sur 6 sous prétexte que je n'en ai besoin que d'une. Non, je mets le reste de côté tout en sachant que ça va servir. Je ne suis pas une anti stock, j'aime avoir un minimum de réserve, mais évidemment, sur des choses qui seront consommées et non pas de tout et n'importe quoi. Je réfléchis davantage à tout ce qui se trouve chez moi, mais je n'élimine pas totalement la notion de plaisir. J'aime le joli, le mignon, le magique, le naturel. Alors je ne vide que le totalement inutile. Pour moi, le bien-être est aussi essentiel.
Pour ce qui est des relations toxiques, activités chronophages, organisation, priorités, etc. le tri se fait doucement, mais sûrement.

Donc pour résumer, ma vision du minimalisme c'est se contenter de ce qui nous est utile en tout cas de façon hebdomadaire, garder de quoi réaliser nos projets concrets et non pas des idées éventuelles. Ne s'entourer que de ce qui nous simplifie la vie sans y perdre son savoir faire.


...

Et vous ?
Quelle est votre vision du minimalisme ?
Vous autorisez-vous des éléments décoratifs "inutiles" ou est-ce que vous ne vous contentez vraiment que de l'indispensable ?